Fiche métier : Docteur Vétérinaire

Informations

Véritable métier passion, le métier de vétérinaire est un métier qui est aujourd’hui très diversifié, intense et qui demande beaucoup de responsabilités pour permettre de maintenir la bonne santé des animaux.

On compte en France environ 18 300 vétérinaires inscrits à l’Ordre des vétérinaires soit trois fois plus qu’il y a trente ans. C’est également une profession très dynamique qui évolue en permanence avec son temps et les nouvelles attentes des propriétaires, éleveurs ou associations animales. Que ce soit à la ville ou en zone rurale, le quotidien d’un vétérinaire est très varié, au même titre que sa clientèle.

La répartition actuelle de la profession correspond environ à 50% de praticiens pour les animaux de compagnie, 30% pour les fonctions mixtes, 15% sur les animaux d’élevage et 5% sur les chevaux.

Dans cette fiche métier, nous vous invitons à découvrir toutes les informations pratiques à connaître autour de ce métier : le cursus à suivre, les particularités du métier, les qualités requises, les différents secteurs d’exercice ou encore des informations autour de la rémunération.

1 - Comment devenir vétérinaire ?
A - Le concours :

Pour devenir docteur vétérinaire, il est nécessaire d’être titulaire du diplôme d’Etat de docteur Vétérinaire (DEV) délivré après quatre ou cinq années d’études en fonction du niveau des candidats lors du concours d’entrée.

En France, il est possible de suivre des études vétérinaires dans les Ecoles nationales vétérinaires (ENV) de :

  • Maisons-Alfort dans le Val-de-Marne (94700)
  • Lyon dans la région Rhône-Alpes (69000)
  • Nantes en Loire-Atlantique (44000)
  • Toulouse située en Haute-Garonne (31000)

Le recrutement pour intégrer ces écoles prend la forme d’un concours commun généralement présenté après 2 ans de classe préparatoire ou un diplôme BAC+2 ou BAC+3.

Il est important de savoir que le concours d’entrée est très sélectif et que peu de places sont disponibles (636 places ouvertes en 2019).

Ci-dessous le détail des différents profils de candidats qui peuvent se présenter au DEV.

  • Voie A : Candidat qui se présente après un baccalauréat général et une classe préparatoire BCPST (Biologie, Chimie, Physique, Sciences de la Terre) :
  • Voie A-TB : Candidat qui se présente après un baccalauréat technologique STL ou STAV et une classe préparatoire TB
  • Voie B : Candidat qui se présente après une licence 3 scientifique
  • Voie C : Candidat qui se présente après un BTS ou DUT suivi d’une classe préparatoire ATS Biologie
  • Voie D : Candidat qui se présente après un diplôme d’Etat de docteur en médecine, pharmacie ou chirurgie dentaire
  • Voie E : Candidat qui se présente après un parcours dans les Ecoles Normales Supérieures de Cachan et de Lyon

À savoir que dès 2021, les Ecoles nationales vétérinaires françaises sélectionneront sur dossier et entretien oral, via Parcoursup, 160 bacheliers pour présenter un concours dédié en admission « post-bac ».

Après le concours, les candidats admis sont répartis au sein des écoles en fonction de leur classement ainsi qu’en fonction du nombre de places ouvertes par chaque école.

B - La formation :

Pendant les trois premières années à l’ENV, l’étudiant suit un tronc commun composé autour de matières telles que les sciences fondamentales, la santé publique ou la législation.

Ce n’est qu’à partir de la quatrième année que l’étudiant consacre son temps à la réalisation de stages pratiques.

C’est à l’issue de cette année que le Diplôme d’Etudes Fondamentales Vétérinaires (DEFV) est délivré. Ce diplôme permet entre autres d’évoluer en tant qu’Auxiliaire Vétérinaire au sein d’une structure vétérinaire.

La cinquième année est considérée comme une année d’approfondissement dans un secteur vétérinaire précis au choix de l’étudiant, par exemple : animaux de compagnie, recherche ou industrie, santé publique… Elle aboutit à la soutenance d’une thèse de doctorat, dernière épreuve avant l’obtention du Diplôme de d’Etat de docteur Vétérinaire.

C - Après la formation :

Enfin, après l’obtention du diplôme d’Etat de docteur Vétérinaire, deux options sont possibles :

  • Débuter directement la pratique de Docteur vétérinaire en tant que libéral, salarié, fonctionnaire auprès du Ministère de l’Agriculture…
  • Faire le choix de se spécialiser en s’engageant dans un Certificat d’Etudes Approfondies Vétérinaires (CEAV) réalisable sur une année ou bien en réalisant deux ou trois ans au sein d’une formation visant à obtenir un Diplôme d’Etudes Spécialisées Vétérinaires (DESV).

Il est également possible pour l’étudiant de réaliser un internat ou un résidanat pour viser l’obtention d’un diplôme de spécialiste dans une discipline clinique vétérinaire précise.

2 - Quelles sont les compétences et les missions du vétérinaire ?
A - Les compétences et qualités requises :

De par sa nature, le vétérinaire se doit d’être un passionné des animaux (chiens, chats, bovins ou encore lapins) et doit posséder des connaissances solides en biologie animale ainsi qu’une très bonne capacité d’analyse pour lui permettre d’établir des diagnostics pertinents.

Par ailleurs, le vétérinaire intègre une capacité d’adaptation, un sang-froid et une polyvalence forte. En effet, selon les situations de son quotidien, il est à la fois médecin, anesthésiste, chirurgien, dentiste et même conseiller en nutrition animale.

Côté personnalité, il est essentiel pour un vétérinaire de posséder un grand sens du relationnel, de l’écoute et un sens aiguisé de la pédagogie pour être capable de maintenir une relation de confiance avec le propriétaire de l’animal ou bien un éleveur.

Enfin, la profession vétérinaire, notamment sous le statut libéral, suggère une autonomie et une grande disponibilité pour par exemple assurer les urgences, les gardes la nuit ou le dimanche ou encore les tâches administratives et comptables essentielles pour maintenir la pérennité d’une structure. Dans ce contexte libéral, il est d’ailleurs important de souligner la notion d’investissement financier qui est très importante lorsque le professionnel souhaite se lancer.

B - Les missions :

Le métier de vétérinaire offre une très large diversité au niveau des conditions de travail. En effet, il est possible d’exercer à la ville, à la campagne, en tant que libéral dans son propre cabinet, en laboratoire ou encore en tant que salarié au sein d’une structure vétérinaire privée.

En fonction de la situation, les missions quotidiennes vont bien entendu être différentes.

Au sein d’une clinique ou d’un cabinet vétérinaire en ville :

Dans les cliniques vétérinaires, le rôle du professionnel de santé consiste principalement à prévenir les maladies, à soigner et à opérer sur une patientèle généralement composée de 95% chiens et chats et 5% NAC. Il est d’ailleurs très fréquent que la grande majorité des consultations, analyses et opérations se déroulent directement dans l’établissement. De façon plus précise, un docteur vétérinaire qui exerce en clinique est amené à réaliser des chirurgies de convenances telles que des castrations et ovariectomies. Il réalise également les vaccinations et vermifugations pour veiller au maintien des bonnes conditions sanitaires. Enfin, il joue aussi un rôle important de prévention et d’information auprès des propriétaires sur les bonnes pratiques à mettre en place pour garantir la bonne santé de l’animal de compagnie.

En zone rurale :

En zone rurale, le cadre de travail est radicalement différent : le vétérinaire travaille essentiellement dans le secteur de l’élevage et intervient directement sur site dans les fermes, soit au cours de campagnes systématiques, soit à la demande de l’éleveur.

Au quotidien, le vétérinaire en zone rurale exerce un panel de missions variées : prévenir les maladies, améliorer la croissance des cheptels de porcs, moutons ou chevaux, encadrer les mesures d’hygiène, de nutrition ou encore de productivité et de rentabilité.

Il intervient également sur les inséminations artificielles, les mises bas difficiles. Autant de missions qui impliquent de nombreux déplacements et des disponibilités fortes.

Pour un laboratoire :

Lorsqu’il exerce dans un laboratoire, le vétérinaire est très généralement salarié de l’industrie agroalimentaire. C’est dans ce cadre de travail qu’il est amené à participer à la conception de nouveaux produits ou même à leur commercialisation. Le contrôle et le respect des normes d’hygiènes ainsi que les travaux de recherche font partie de son quotidien.

Pour un zoo :

Spécialisé dans la faune sauvage, le vétérinaire qui travaille dans les parcs zoologiques ou les parcs nationaux endosse une multitude de rôles : conseiller, gardien de la biodiversité, participe à des programmes de réintroduction d’espèces ou réalise même des sauvetages ainsi que des veilles sanitaires. Selon le périmètre, les missions sont relatives au suivi des animaux (surveillance des programmes d’alimentation, entretien des animaux, collecte de données vétérinaires) mais aussi des tâches administratives comme le transfert des animaux ou relation avec des programmes de recherche scientifique. A noter qu’en fonction des parcs zoologiques, le vétérinaire peut être salarié à temps plein pour la structure ou alors exercer en tant que libéral.

Pour l’Etat :

Il faut savoir que l’Etat, via le ministère de l’Agriculture et de la Pêche recrute tous les ans des vétérinaires. Dans ce contexte, le vétérinaire est titulaire d’une habilitation que l’on appelle « vétérinaire sanitaire ». Délivrée par le préfet, cette habilitation permet de confier au vétérinaire un périmètre de responsabilités autour de la santé publique vétérinaire.

Ses missions sont donc variées, on y trouve par exemple la responsabilité de contrôler l’état sanitaire des animaux, surveiller les grandes maladies animales, contrôler les conditions de transport des animaux ou encore l’intervention si présence de maladies contagieuses animales. Enfin, il est également possible pour un vétérinaire de travailler auprès du ministère des Armées en tant que « vétérinaire biologiste » pour prendre soin des chiens, chevaux et autres animaux mobilisés dans ce secteur.

3 - Quelle rémunération

Au sein de la profession vétérinaire, le salaire dépend tout d’abord du statut du praticien. En effet, si le vétérinaire exerce sous le statut de salarié, alors son salaire est échelonné sur la convention collective du secteur. Dans ce cas, le salaire minimum conventionnel brut mensuel sur une base de 35h par semaine est situé, selon l’échelon, entre 1940€ à 3590€.

A l’inverse, un vétérinaire libéral est libre dans la mise en place de ses tarifs. Néanmoins, plusieurs facteurs peuvent impacter la rémunération de ce dernier comme l’importance de sa clientèle, sa notoriété, son lieu d’exercice ou encore la spécialisation. C’est pourquoi il est difficile de donner avec exactitude une donnée précise. Néanmoins, selon l’Ordre national des Vétérinaires, le salaire mensuel net moyen d’un vétérinaire libéral oscille entre 4600€ et 6500€.

4 - Être vétérinaire chez Argos, c’est quoi ?

Être vétérinaire au sein du réseau vétérinaire Argos c’est avant tout s’engager vers ses clients. Intégré au sein d’équipes partageant une passion commune et exerçant dans des structures à taille humaine, votre quotidien sera articulé entre la combinaison du savoir-faire médical et la bienveillance pour nos compagnons à quatre pattes.

C’est animé par cette vision que nous mettons à votre disposition un accompagnement permanent via des outils performants pour faciliter votre exercice et votre bien-être.

Pour mettre en place des conditions optimales, nous nous appuyons sur différents engagements :

Enrichir la pratique vétérinaire avec l’accompagnement du Comité Scientifique Argos :

Sous statut d’association de loi 1901, le Comité Scientifique Argos est un organisme indépendant auquel chaque clinique Argos adhère. Il est constitué exclusivement de vétérinaires reconnus pour leur expérience, leurs compétences dans leur domaine et exerçant en dehors des cliniques Argos. Ce comité scientifique a pour principales missions :

-Fixer le niveau de qualité attendu au sein des établissements adhérents.

-Évaluer les moyens et les compétences à mettre en place.

-Établir un plan de formation individuel et collectif.

-Promouvoir l’établissement d’une certification aux cliniques et/ou cabinets adhérents.

Améliorer votre rémunération :

Pour vous permettre de gérer une activité entièrement consacrée à la médecine et à vos clients, toutes nos cliniques sont composées d’Auxiliaires Vétérinaires formés et accompagnés pour vous aider à donner le meilleur de vous-mêmes.

Nous mettons également à disposition un package social attractif qui valorise le travail en équipe et qui est composé de :

-Une couverture sociale santé et prévoyance optimisée.

-Une carte « Ticket Restaurant »

-Un système de rémunération variable mensuel

Notre système de rémunération variable est calculé selon une grille progressive de chiffre d’affaires par vétérinaire équivalent temps plein (ETP) déterminé à l’échelle d’une clinique.

Les objectifs clés de ce système de rémunération variable sont : simplicité, facilité de mise en œuvre, justesse, cohésion et vertueux.

Nous avons choisi de baser la rémunération variable sur le chiffre d’affaires par vétérinaire ETP car c’est le seul indicateur clé de performance qui est entièrement à la main de l’équipe médicale en place. En effet, celui-ci ne tient pas compte de la structure de coûts de la clinique (achats, loyer, frais généraux…) mais uniquement de la productivité de l’équipe.

Aussi, la rémunération variable est versée mensuellement, selon le ratio de chiffre d’affaires par vétérinaire ETP sur le mois de référence, sans tenir compte des mois précédents. Il est ainsi possible de rémunérer immédiatement les bonnes performances et à ne pas faire peser dans le temps les moins bonnes performances.

Partager des ressources communes :

Pour vous permettre de mener à bien votre pratique médicale, nous sommes convaincus que le travail en équipe avec les vétérinaires du réseau Argos est la clé.

C’est pourquoi un écosystème digital riche a été mis en place pour briser les barrières de l’isolement et pour vous permettre de gagner en réactivité sur les problématiques du quotidien.

Par ailleurs, par le biais du Comité Scientifique Argos, nous mettons régulièrement en place des formations vétérinaires dispensées par des conférenciers reconnus pour vous faire monter en compétence.

Accompagné par l’équipe Support, nous prenons en main la gestion des ressources humaines de votre clinique (recrutements, remplacements, arrêts maladies…).

En effet, la gestion des plannings, le suivi des temps de travail, les absences et ou encore la gestion de la paie sont autant de points que nous gérons via nos outils digitaux pour vous permettre une plus grande tranquillité d’esprit et une utilisation en toute autonomie.

D’un point de vue gestion, nous nous occupons également de centraliser et d’optimiser les négociations d’achat et d’équipement. Votre comptabilité est centralisée et vous gardez une vue détaillée de votre activité grâce à l’élaboration d’un tableau de bord de gestion mensuel.

Enfin, pour répondre aux nouvelles attente des clients « connectés » en attentes de solutions qui facilitent leur quotidien et répondent aux mieux à leurs besoins, nous mettons en œuvre des interfaces digitales simples, unifiées et cohérentes : E-commerce, Prise de rendez-vous en ligne, carnet de santé digitalisé de votre animal ou encore gestion centralisée des standards téléphoniques hors horaires d’ouverture en sont quelques exemples.

Ce qui changera pour vous
Plus de temps pour exercer sereinement votre métier
Mise en commun des compétences et des technologies
Une formation riche et continue.
Une proximité renforcée avec votre clientèle et les équipes Argos
Une possibilité d'évoluer professionnellement et géographiquement.

Ce qui ne changera pas pour vous :
Votre passion : prendre soin de l’animal de compagnie.
Besoin d’en savoir plus à propos des avantages proposés par le réseau Argos Vétérinaire ?
Téléchargez notre plaquette

Docteur Vétérinaire

Formation :

5 à 7 ans

Diplôme :

Diplôme d'État de Docteur Vétérinaire (EV)

Spécialisation possible :

Oui

Voir les offres d'emploi

Partager la fiche métier